Envie de participer ?

MESSAGE DE LA FFV

Publié il y a 1 mois par

MESSAGE DE LA FFV

55f0c284e11bef41d2db608b0c75bab9.jpg?r=863066082

 

 
 
 

DE NOUVELLES CONDITIONS ET DES OPPORTUNITÉS POUR NOS ACTIVITÉS !

Bonjour à toutes et à tous,

C’est avec beaucoup de plaisir que je m’adresse à vous, la prise de fonction de notre équipe s’engage dans un contexte certes compliqué mais au combien motivant et mobilisateur.

Une nouvelle fois, nous devons faire face à des mesures impactant nos activités. Une nouvelle fois nous allons devoir être stratégique et créatif. Nous espérons vous donner quelques pistes et répondre à vos principales interrogations !


VOS PRATIQUANTS ET CLIENTS NE PEUVENT PAS HABITER A PLUS DE 10 KM DE VOTRE IMPLANTATION !

Pour certains d'entre-vous, implantés proches des villes, il y a de quoi faire dans les 10 km !
La population urbaine va être très sensible aux activités qu'elle va pouvoir pratiquer pour sortir, profiter du printemps et prendre un peu de liberté face aux restrictions qui s'imposent.

Pour d'autres, plus en retrait, la "zone de chalandise" située dans les 10 km va être plus restreinte et vous serez plus impactés par cette mesure.

Pour tous, le traitement est le même : vos EAPS (Etablissements d'Activités Physiques et Sportives) de type PA (Plein Air) terme administratif de vos clubs et établissements
, sont administrativement ouverts. Cela signifie que vous ne pouvez pas fermer pour raison administrative (sauf dans la situation des Accueil Collectifs de Mineurs ci-dessous) et que les aides (fond de solidarité, chômage partiel…) auxquelles vous pouvez prétendre ne sont accessibles que si vous pouvez justifier d'une perte de recettes de 50% minimum sur la période en vigueur.

Malheureusement
les accueils collectifs de mineurs en internat doivent encore rester fermés, les centres nautiques et de classe de mer qui exploitent un hébergement sont les plus impactés par la crise.

Une opportunité
: aucun déplacement inter-région n'est autorisé après le lundi 5 avril, sauf motif impérieux, incluant les motifs familiaux pour, par exemple, accompagner un enfant chez un parent ou un grand parent…

Nos passionnés « favoris » seront donc sans doute présents durant les vacances de Pâques, qui, pour une fois se déroulent à la même date pour toutes les zones !

Du côté des pratiques compétitives,
rien de neuf, les arrêtés des préfets maritimes et la position du gouvernement interdisent encore toutes compétitions amateurs.. Mais, nous le savons, vous ne manquez pas d’imagination ni de dynamisme pour maintenir le lien avec vos plus fidèles pratiquants.


Dans ce contexte, vous avez le droit d’accueillir mineurs et majeurs, sans limite de durée, sans limite d'effectif autre que celles fixées par le code du sport (Art322-67) et nos prescriptions fédérales ! En revanche les autres restrictions demeurent (respect du couvre-feu, justificatif de domicile, vestiaire fermé hors public prioritaire …)


LES PRATIQUES EN EQUIPAGES NE PEUVENT PAS ETRE ORGANISEES

Le ministère des sports vient de publier la mise à jour de la déclinaison des décisions sanitaires du sport.

Ainsi, à partir de ce jour, les pratiques en équipages semblent difficiles à mettre en œuvre, en effet le respect de la distanciation physique de 2 mètres est désormais impératif. Aucun aménagement n’est possible.

Même les compétiteurs, compétitrices listés « Espoir », ou membres des PPF, ne sont plus dispensés de la mesure, sauf exceptions.

A l’approche des vacances de Pâques, la conséquence est lourde pour vos structures. Il va vous falloir une fois de plus faire preuve d’agilité !


Attention ! les dispositifs de soutien (exonération de charges, fond de solidarité..) ne vous seront accessibles qu’à partir d’une baisse de recette de 50% par rapport à la même période en 2019.
Vous voulez lire le décret du 2 avril 2021 ? C’est ici !

 


LES ENFANTS ET LES ADOS ONT BESOIN DE VOUS !

Je souhaitais partager avec vous quelques données issues d’un rapport d’enquête commandé par l’assemblée nationale sur les effets du confinement sur la santé physique et psychologique des adolescents.

· Le manque d’activité physique et la sédentarité représentent le premier facteur de risque pour la santé que le confinement a encore aggravé

· On enregistre une prise de poids de 6kg en moyenne au sortir du confinement chez les enfants (sachant que déjà 30% des jeunes de 5 à 19 ans en France sont en surpoids ou obèses)

· Les ados qui souffrent le plus sont les urbains

· 53 % des parents rapportent des problèmes de sommeil chez les enfants

· 47 % des parents décrivent une augmentation de l’agressivité, ainsi que des difficultés de concentration

· Des rythmes biologiques désynchronisés entraînant des troubles du sommeil, augmentant l’anxiété, la dépression, l’hyperactivité, les déficits attentionnels

· L’agence Régionale de Santé d’Ile-de-France rapporte que les tentatives de suicide chez les mineurs de moins de 15 ans ont doublé en 1 an de septembre à septembre

· Les hôpitaux de Paris rapportent que les hospitalisations en pédiatrie pour raisons psychiatriques ont augmenté de 50% en 1 an.


Les écoles n’accueilleront plus d’élève mardi pour 3 semaines, les collèges & lycées recevront à nouveau les élèves dans 4 semaines.
Les enfants et les adolescents vont en souffrir et je souhaite qu'ils puissent, le plus possible, trouver chez vous un espace de liberté, de nature, de socialisation tout en pratiquant une activité physique.

 

POUR REPONDRE AUX QUESTIONS DES PLAISANCIERS ET DES PRATIQUANTS NON ENCADRES

L'annonce d'un nouveau confinement ne change rien pour la partie maritime, les règles en vigueur restent les mêmes et les arrêtés préfectoraux 38/2020 du 23 mars 2020, 238/2020 du 30 novembre 2020 modifié et 28/2021 du 19 février 2021 modifiant l’AP 238/2020 sont toujours d'actualité.

Pour résumer voici la réponse reçue de la préfecture maritime de Méditerranée : « la navigation reste libre en mer territoriale, ainsi que le mouillage le long des côtes. Ainsi les navires peuvent mouiller entre 19h et 6h mais les membres d'équipage ou passagers ne peuvent descendre à terre, sauf pour motifs de sécurité maritime ou d'aide médicale.

La limite des 10 km ne s'applique qu'entre le domicile du plaisancier et son bateau : une fois à bord, il n'y a pas de limite de distance en mer. Le port a cependant autorité pour laisser ou non sortir le bateau. Quant aux activités de loisir en mer, elles sont autorisées dans le respect des mesures nationales, sous couvert des décisions du préfet du département compétent."

Merci pour votre engagement !


 

Jean-Luc Denéchau

Président

toute l'association

Commentaires